Parc Expo La Rochelle – « Les années 60 »

années_60_1

Pourquoi cette expo ???

Pour finir ma semaine en beauté, je suis allée vendredi après-midi découvrir le nouveau thème présenté au Parc Expo de La Rochelle : « Les années 60 ».
Véritable phénomène de mode encore aujourd’hui pour les jeunes générations et souvenirs garanti pour les autres, c’est un sujet cher à mon cœur, car j’adore tout ce qui est en rapport avec cette décennie : l’histoire, la mode, le cinéma, les objets, l’état d’esprit positif qui s’en dégageait, le courant de liberté qui animait nos aïeux, la candeur aussi, bref je suis tout simplement une grande fan de cette époque.
Alors, c’est paré de mon bandeau rouge sixties, de ma robe bustier à fleurs (présentée dans Je vois la vie en pixels) et bien sûr d’une mythique paire de ballerines noires que j’ai arpenté les allées de cette exposition.
Tout y étais classé par thèmes et les cartels explicatifs apportés les informations nécessaires à savoir sur l’époque comme : la musique, le cinéma, le quotidien, la mode, le sport, la littérature, l’école etc.

années_60_2

Mon voyage en Guadeloupe, si si je vous assure lisez !

Pour commencer, étant arrivée à l’heure du repas et comme je suis gourmande (mais cela vous le saviez déjà) je suis allée me restaurer à l’un des nombreux stands qui se trouvaient sur place. Mes narines se sont laissées porter par une exquise odeur de mets créoles et plus exactement guadeloupéen. Ni une ni deux, j’ai commandé un délicieux colombo de poulet et entre nous, il était à tomber par terre !!! Bon bien sûr cela n’égalera jamais le cari de poulet de ma belle-soeur réunionnaise (la famille quoi, je tiens à ma vie !) 😉

Back to the sixties

Après cette excellente dégustation et trépignant d’impatience, je me suis rendue directement à l’exposition « Les années 60 ». Dès l’entrée, on se laisse guider par un fond sonore diffusant les plus grands hits des sixties. Une fois à l’intérieur, on en prend plein les mirettes, nos yeux sont attirés par l’incroyable scénographie originale et aux couleurs acidulées. Nous sommes vraiment invités à effectuer un véritable voyage dans le temps. On retrouve une collection riche, des pièces exceptionnelles, des objets de la vie quotidienne, des documents insolites, des événements historiques gravés à jamais et bien sûr de la mode !!! J’ai adoré la maison de Barbie géante dans laquelle les modèles étaient exposés. Et oui c’est à cette époque que la célèbre poupée a connu ses véritables premières heures gloires ! Pour les plus puristes on retrouvait bien évidemment les fameux meubles en Fomica typique de cette génération. De plus, j’ai été très heureuse de revoir au sein du pavillon littérature la fameuse « bibliothèque verte » si chère à mon enfance ! Aussi, il y avait de magnifiques modèles de voitures de collection toutes plus superbes les unes que les autres. Enfin, un grand pan était réservé aux films de l’époque. Qu’elle fut ma joie de voir toutes ces affiches de cinéma qui ont bercées mon adolescence et grâce auxquelles je porte un amour inconditionnel pour le 7ème art.
J’ai trouvé que cette exposition avait vraiment bien mis à l’honneur le fait que « Les fameuses sixties » était une époque révolutionnaire qui a marqué, et qui marque encore les esprits, comme le point de départ d’une nouvelle ère technologique et culturelle. Cette décennie a été tellement avant-gardistes qu’aujourd’hui encore on s’inspire de cette mouvance. Comme quoi rien de ne se démode 😉

années_60_mosaïque 1

années_60_mosaïque 2

années_60_mosaïque 3

J’ai essayé tant bien que mal de prendre pleins de photos afin que vous puissiez vivre ou revivre cette merveilleuse exposition. J’espère que cela vous plaît et que cet article transpose parfaitement ce que j’ai pu ressentir.

Ce fut pour moi, un événement pour aborder la rentrée avec un esprit haut en couleurs !!! Let’s twist again … ♫ ♫ ♫

années_60_3

Salut les copains et copines 😉 Peace and Love et vive les années Yéyés !

Nos étoiles contraires

nos_étoiles_contraires_1

Synopsis : Hazel Grace ( Shailene Woodley) et Gus ( Ansel Elgort) sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d’un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Un film : C’est LE FILM qui va marquer tout une génération. Adaptation du roman éponyme, celui-ci a connu un très grand succès outre-Atlantique. Alors, quoi de plus normal que de le transposer au cinéma. Cette réalisation de Josh Boone tient toutes ses promesses.
En tête d’affiche on retrouve, la talentueuse Shailene Woodley (Hazel Grace) (qui depuis quelques années fait partie de mes actrices préférées) et le prometteur Ansel Elgort (Gus). Tout deux ne vous sont pas inconnus puisqu’ils jouent ensemble dans la célèbre saga Divergente (voir mon précédent post Divergente) où ils sont respectivement frère et sœur.
Lorsque je me suis rendue à l’avant-première, il y a plus d’un mois, l’adage voulait que l’on y aille avec son ou sa meilleur(e) ami(e) et une boîte de mouchoir. C’est pendant la projection du film que j’ai compris : l’utilisation des mouchoirs était inévitable voire vitale. Vos glandes lacrymales ne vont jamais s’en remettre !
C’est un film qui plaît au plus grand nombre, car la base de l’histoire peut toucher n’importe qui de près comme de loin. On tombe dès les premiers instants sous le charme des deux personnages. Ce n’est pas une histoire d’amour cucul où le mièvre et la guimauve sont au rendez-vous. Non là, on ressent, on se bat, on rit, on pleure, on vit tout simplement avec les protagonistes ces quelques instants de bonheurs qui leur sont octroyés dans leurs courtes vies pas tout à fait rose. On profite en même tant qu’eux du peu de temps qu’ils vont pouvoir vivre ensemble. Malgré le mélodrame qu’ils vivent, ils sont drôles, touchants, désinvoltes, sensibles. En bref, on s’attache à ces deux ados qui croquent les premiers et derniers moments de leurs vies à pleines dents. Le réalisateur a su parfaitement retranscrire les détails du livre, à savoir : parler de la mort sans tabou et surtout faire passer l’humain avant la maladie. De plus, le scénario et les dialogues sont vraiment intelligents et très fins. On ne tombe jamais dans le cynisme tout est rythmé avec justesse.
Ce film nous donne du baume au cœur et les acteurs irradient totalement de bonheur et de simplicité. C’est le genre de film qui fait du bien, qui permet de nous recentrer sur les choses essentielles de la vie. Ce long métrage est vecteur de valeur saine telle que l’amour à vivre au jour le jour même si cela doit faire mal. Après tout que vaudrait la vie sans prendre de risques ???

Véritable ode à la vie Nos étoiles contraires est le film de l’été (et de la rentrée pour les retardataires) à ne manquer sous aucun prétexte. Surtout dépêchez-vous d’aller voir ce chef-d’oeuvre avant qu’il ne soit plus à l’affiche, car comme le dit si bien l’héroïne Hazel Grace : « Tu m’a offert l’éternité même si nos jours sont comptés » j’en ai encore la chaire de poule !

Un look : Pour illustrer à ma manière ce film au combien époustouflant de simplicité, j’ai voulu m’approcher au maximum de son univers. J’ai remarqué qu’entre la pochette du livre et dans le film la couleur bleue était omniprésente. De plus, lors de la fameuse scène en tête-à-tête au restaurant entre Hazel et Gus, celle-ci porte une sublime robe bleue charrette. Pour ne rien vous cacher, j’ai vraiment galéré pour trouver une robe de cette couleur. De plus, je ne voulais pas gommer l’esprit cool/relax et sans chichis du style des protagonistes.
Pour ce faire, j’ai un peu mixé le tout et cela donne la tenue qui m’a inspiré et que je vous présente aujourd’hui.
Autour de la robe bleue charrette à froufrous qui s’inscrit dans la lignée de celle de Hazel, j’ai voulu accorder des accessoires avec des étoiles bien évidemment. J’ai décidé de porter ma pochette à grosse étoile à strass (déjà vu dans Captain America, le soldat de l’hiver) son style est épuré, mais fait son petit effet. Ensuite, pour garder le style cool des personnages, j’ai chaussé mes baskets en toiles bleues marine à étoiles blanches. J’adore ces chaussures, car elles me font penser à une pluie d’étoiles filantes 😉
Enfin, pour les puristes cela ne vous aura pas échappé, je me suis parée à la manière d’un photobooth en forme de bulle nuage bleu de la fameuse réplique « Okay ? ».

nos_étoiles_contraires_2

nos_étoiles_contraires_3

nos_étoiles_contraires_4

nos_étoiles_contraires_5

Je souhaite très sincèrement que mon article vous aura donné envie d’aller voir ce film. J’ai essayé de rester le plus bref et simple possible, afin de vous séduire juste comme il faut. Par ailleurs, j’espère que mon look inspiré du film vous plaît et qu’il vous semble fidèle à l’esprit de celui-ci.

Surtout n’hésitez pas à me laisser un commentaire, Okay ?

Shopping : robe Kiabi – pochette Kiabi – baskets Moaphotobooth DIY fait par mes petites mains.

1 138 139 140 141 142 160